Réglementation et usages : Les méthodes de conservation et dispersion des cendres

Depuis plus de 10 ans maintenant, les cendres funéraires sont protégées par la loi comme les corps inhumés. En effet, d’après une réglementation juridique du 19 décembre 2018 (article 6) « le respect dû au corps humain ne cesse pas avec la mort. Les restes des personnes décédées, y compris les cendres de celles dont le corps a donné lieu à crémation, doivent être traités avec respect, dignité et décence ».

Pour éviter d’effectuer un délit de violation ou de profanation de sépulture, les familles doivent donc se conformer à des règles pour choisir la destination des cendres après incinération. S’il était même possible de se partager les cendres avant cette loi, cette pratique est aujourd’hui interdite. Les familles peuvent choisir entre conserver l’urne ou répandre les cendres suivant les règles. Quoiqu’il en soit, l’usage de cette loi n’est pas facile à contrôler.

La conservation des cendres dans une urne

Les cendres du défunt sont introduites dans une urne après la crémation. Cette urne, nommée urne cinéraire, sera équipée d’une plaque sur laquelle l’identité du défunt et le nom du crématorium seront visibles. Les familles peuvent ensuite choisir de conserver l’urne dans un columbarium (espace réservé à cet effet dans les cimetières), procéder à son inhumation dans le caveau familial ou cavurne, ou le sceller sur un monument funéraire dans un site cinéraire ou un cimetière.

Il est aussi possible de conserver l’urne qui contient les cendres de la personne défunte dans une propriété privée à deux conditions : ne pas la placer à l’intérieur d’une habitation, et ne pas disperser les cendres dans le jardin.

L’expédition de l’urne funéraire à l’étranger est également possible à condition d’avoir une autorisation du préfet du département dans lequel se trouve le crématorium qui a effectué la crémation ou du lieu de résidence du demandeur. La déclaration de cette expédition auprès de l’ambassade ou le consulat du pays de destination est également nécessaire. Ces derniers pourront demander certains documents.

La dispersion des cendres

En ce qui concerne la dispersion des cendres, elle peut se faire en pleine mer si la commune du lieu de départ du bateau y autorise la dispersion. Notez que certaines communes peuvent interdire la dispersion dans les cours d’eau suivant des arrêtés pris par celles-ci. D’un autre côté, il est aussi possible de répandre les cendres en pleine nature, mais loin des voies publiques et lieux publics. Pour cela, vous devez avoir une autorisation de la mairie du lieu de naissance du défunt.

Les cimetières disposent également des espaces aménagés dans lequel les familles peuvent répandre les cendres de leur proche défunt. Il peut s’agir d’un jardin du souvenir ou un site cinéraire.

Ces dernières années, l’évolution dans le secteur du funéraire a donné naissance à des pratiques plus écologiques et durables. Celles-ci ont été pensées par des personnes qui ne croient pas à la fin après la mort et d’autres soucieuses de l’environnement. L’Europe interdit encore certaines de ces pratiques bien qu’elles soient de plus en plus populaires en Amérique et d’autres pays. Découvrons quelques exemples de ces techniques écologiques, révolutionnaires et durables :

La promession

La promession consiste à utiliser le froid pour réduire le corps d’un défunt en poudre. Cette technique de sépulture suédoise n’a pas encore été effectuée dans l’hexagone. Plus écologique, aucune vapeur toxique ne s’échappera lors du procédé, ce qui le distingue de la crémation. Pour le faire, la dépouille est soumise à – 18° durant 10 jours, puis introduite dans de l’azote liquide. Le corps devient alors friable grâce à une température de – 196°. L’utilisation d’une table vibrante va favoriser la transformation en poudre. Celle-ci sera ensuite placée dans une urne biodégradable et conserver pendant quelques mois. Après cela, la poudre du défunt peut se servir de compost pouvant participer à la croissance d’un arbre. Cela montre que la mort d’une personne ou un animal peut aider à créer une autre vie végétale.

L’aquamation

A la différence de la crémation, l’aquamation favorise la dissolution du corps par l’eau. Nommée également liquéfaction, c’est une pratique funéraire qui fait recours à un mélange chimique et une température de 180° pour liquéfier les tissus. Plus écologique, ce procédé produit moins de gaz à effet de serre (moins d’un tiers) comparé à la crémation. Plusieurs états américains autoriseront cette pratique d’ici 2020, alors qu’en Europe, elle est encore interdite. Très riche, le liquide qui résulte de ce procédé peut aider à favoriser la pousse d’une plante.

Devenez un arbre

Cette pratique a été pensée par deux designers Italiens qui souhaitent faire regorger les cimetières d’arbres de vie. Le principe est simple, tout comme dans une inhumation classique, le corps est mis sous terre dans un cercueil, mais cette fois-ci, le cercueil doit être biologique et biodégradable et non plombé. Une semence a été plantée au préalable avant l’enterrement du cercueil. Au bout de quelques temps, les nutriments dégagés par le corps serviront d’aliments nécessaires à la pousse de l’arbre. Si le défunt est incinéré, ses cendres doivent être placées dans une Urn Bios, une urne biodégradable et biologique. Celle-ci doit être enterrée avec un terreau ensemencé d’une graine d’arbre (au choix).

Une fois que l’urne est décomposée, les cendres et le terreau se mélangent pour former un fertilisant naturel qui aidera au développement de l’arbre. Ce procédé montre que la fin d’une vie humaine peut devenir le début d’une vie végétale.

Devenez une œuvre artistique

Ce concept a été mis au point par Dave Black en 2009 qui a créé le Spirit Pieces. Son but était de laisser un souvenir plus artistique du défunt à ses proches. Cette idée lui est venue après le départ de sa très chère grand-mère. En effet, il n’accepte pas le fait qu’inhumer ou incinérer une personne proche peut être associée à l’aspect artistique de la mort. Pour cet américain, tout être cher mérite une mort unique. Pour élaborer cette technique, il a travaillé avec des maîtres vitriers. Elle consiste à utiliser les cendres du défunt pour créer des œuvres d’art dans un verre.

Devenez un récif marin 

Après avoir constaté la détérioration du récif corallien en Floride, des étudiants américains et fans de plongée ont décidé de mettre au point des moules en béton écologique pour compléter les récifs naturels. C’est alors qu’ils ont lancé leur business et créé leur entreprise Eternal Reefs. Le but étant de veiller à ce que la vie marine puisse reprendre ses droits.

Vous voulez certainement savoir ce que cela a à voir avec les défunts. Le principe est assez simple mais remarquable, une partie des cendres du défunt est mélangée au béton au cours de la conception des récifs artificiel. Une bonne manière de participer au sauvetage de la vie marine après la mort. Les proches du défunt sont autorisés à apposer des souvenirs (coquillages, mots, empreintes…) sur le dôme. Une cérémonie commémorative est organisée avant le dépôt des récifs dans la mer.

Devenez éternel grâce aux diamants

Vous souhaitez garder un souvenir durable et unique de votre proche défunt ? Sachez que vous pouvez le transformer en diamant ! Mais comment cela fonctionne ? Après la crémation, les cendres du défunt sont recueillies pour en faire une pierre précieuse certifiée. Plusieurs couleurs sont possibles. Nombreuses entreprises américaines proposent ce service de nos jours à l’exemple de LifeGem. On peut également réaliser ce procédé avec une mèche de cheveux.

Mélomane pour l’éternité?

Si on vous disait que vous pouvez devenir un vinyle sur lequel on peut enregistrer une musique (non protégée par les droits d’auteur) après votre disparition. Ce service est proposé par l’entreprise And Vinyly de Jeason Leach, un musicien anglais qui se passionnait dans la réalisation de ce concept au tout début. Les cendres sont recueillies puis compressées jusqu’à obtenir un vinyle.

Tutoyez les étoiles

Cette dernière pratique n’est pas vraiment écologique, mais séduit les personnes qui rêvent de voyager dans l’espace. La société Celestis propose les services suivants : envoi sur la lune, dispersion des cendres dans l’espace, conservation de l’urne dans un satellite géolocalisable, aller/retour.